Nouvelles

Nouvelles

Jardins de mocassins

Les jardins sont des poèmes! Dans la fragilité d’un pétale, dans la renaissance d’une tulipe qui s’ouvre au printemps, dans le parfum enivrant d’un magnolia ou dans la résilience d’une rose, l’inspiration est partout.

Pour souligner la reconnaissance de 2022 comme l’Année du jardin par le gouvernement canadien, le comité organisateur a eu l’idée de demander à la poète officielle du Parlement, Louise B. Halfe — Sky Dancer, d’offrir une réflexion poétique sur ce qu’évoque pour elle le jardin. 

Membre de la communauté onihcikiskwapowin, la Nation crie de Saddle Lake, en Alberta, Louise B. Halfe témoigne de la relation humble, spirituelle et réciproque qu’entretiennent les Premières Nations avec le territoire, la nature et les plantes.

Tout comme la poète, beaucoup ressentent aussi l’appel de la terre, soucieux de protéger l’environnement et de changer leur mode de vie. Que nos jardins s’enracinent dans un champ, une forêt, un balcon ou une jardinière, ils nous appellent à ralentir, à prendre le temps, à observer et à évoluer.

À propos de la poète

Louise Bernice Halfe – Sky Dancer est la poète officielle du Parlement du Canada depuis le 1er janvier 2021. Au cours de son mandat, elle espère contribuer à faire connaître des poètes autochtones de chacune des provinces du pays.

Née à Two Hills, en Alberta, Mme Halfe a grandi dans la réserve de Saddle Lake, et a fréquenté le pensionnat de Blue Quills – une expérience bouleversante dont elle témoigne dans plusieurs de ses œuvres. Titulaire d’un baccalauréat en travail social et de trois diplômes honorifiques en lettres, elle est l’autrice de six recueils de poésie, pour lesquels elle a reçu un nombre considérable d’éloges et de prix prestigieux. Son dernier, awâsis – kinky and dishevelledparu en avril 2021, est décrit par la critique comme « un tour de force de résurgence, de résistance et d’humour autochtone qui guérit l’âme. » 

Poème officiel de l’Année du jardin

Jardins de mocassins

À quatre hivers, j’ai reçu de Nohkom
quelques graines de rhubarbe.
Chaque jour, mes seaux à bout de bras,
je semais ici et là l’eau de la mare.
Une pousse ayant jailli de terre,
je l’ai arrachée pour
la montrer à ma mère.
Après, plus rien n’osa pousser.
Armés de pelles et de bêches,
mes parents, frères et sœurs,
ouvraient des sillons dans la terre indomptée.
Nous avons planté des pommes de terre,
désherbé des années pour
cette récolte d’hiver.
Mon mari a planté un jardin-mandala,
cerclé d’une clôture,
écho des collines ondulantes des Prairies.
Assise sur un banc,
j’ai parlé aux semences.
Sur un autre,
entourée d’herbes folles,
je parle au lac et,
parmi les trembles,
sirote mon thé,
leurs branches m’abritant
de la touffeur.
Les pantalons maculés,
les bottes pleines de paille,
je me rappelle ma tante
qui m’apprit à manger
la terre.
Un jour, je planterai une petite semence
– s’enraciner dans ce jardin jusqu’à l’infini.

© Louise B. Halfe – Sky Dancer
Poète officielle du Parlement
Traduction : © Catherine Ego 

maskisin pīwi-kiscikānisa
nēwo ē-itahtopiponwēyān
nōhkom nikī-miyik sīwipako-kiscikānisa.
tahto-kīsikāw māna ē-nitawi-kwāpikēyān
ihkatawāhk ohci ta-sīkahāhcikēyān.
kētahtawē kā-pē-sākikik pēyak.
nikī-kwayakopitēn
ta-wāpahtahak nikāwiy.
ēkota ohci nama kīkway kī-nōkwan.
ē-āpacihtācik kwāpahaskēwāna ēkwa mōnahikana
ninīkihikwak ēkwa nītisānak
kī-ati-pīkopicikēwak.
askipwāwa nikī-kistikātēnān.
tahtw-āskiy nikī-paskopitēnān macikwanāsa
ēkosi ta-mīciyāhk pipohki.
kā-wāwiyēyāyik kistikān kī-osīhtāw nināpēm
ē-wa-wāsakānahk pīwi-kiscikānisa
tāpiskōc kā-ayapacināsik maskotēhk.
ē-ay-apiyān kino-tēhtapiwinihk
nikī-pīkiskwātāwak kiscikānisak.
kotakihk tēhtapiwinihk
pakwaci-maskosīhk
māna nipīkiskwātāw sākahikan.
ēpiyāni itē kā-mītosiskāk
maskihkīwāpoy māna niminihkwēsin
ē-ākawāstēhokoyān watihkwāna
kā-pīhtopayiwi-kisāstēk ohci.
ē-wīnisit nitās,
nimaskisina pawascihcikanisa ē-ohci-mōskinēki ,
nikiskisitotawāw ana nisikos
kā-kī-kiskinwahamawit ta-mīciyān
asiskiy.
kētahtawē pēyak kiscikānis nika-pamināw
ta-sākikit ōta kistikānihk.

© Louise B. Halfe – Sky Dancer
Traduction: © Jean Okimāsis and Arok Wolvengrey,
Avec Louise B. Halfe – Sky Dancer

Retour à la liste des nouvelles