Nouvelles

Nouvelles

Avez-vous vu le fulgore tacheté?

Ce superbe insecte qui ressemble à un papillon aux couleurs vives, sans danger pour l’humain, n’a de beauté que son apparence. D’à peine 3 cm de long, il a été importé d’Asie, dans un stock de pierres décoratives, et il est extrêmement ravageur.


Quelles sont ses effets ravageurs?

Parmi ses victimes, on compte les vignes et les arbres fruitiers comme les pommiers, les pruniers et les cerisiers, ainsi que plusieurs autres espèces tels que le pin blanc, l’érable, le chêne, le peuplier et le saule. Il suce la sève de leurs tiges et feuilles, les affaiblit et finit souvent par les dévaster.

Où est-t-il?

Le fulgore tacheté n’est pas présent au Canada. Il a été détecté pour la première fois en Pennsylvanie en 2014, où il s’est établi pour ensuite se propager aux états voisins. Il cause déjà des dommages dans huit états américains.

En 2020, le fulgore tacheté a été intercepté aussi loin au nord que l’État de New York, en bordure de la région de Niagara en Ontario. Comme il tend à remonter vers le nord, selon le biologiste André-Philippe Drapeau Picard de l’Insectarium de Montréal, il pourrait cogner à la porte du Québec par l’Estrie. L’une des plus proches régions de la frontière américaine, elle pourrait être la première région hôte au Canada.

Comment limiter sa propagation?

Afin de contribuer à limiter sa propagation, nous pouvons :

  • surtout ne pas planter d’ailante glanduleux, l’hôte préféré du fulgore tacheté. En présence d’ailante glanduleux, vérifions si le fulgore tacheté est là.
  • prendre des photos de tout spécimen suspect.  
  • signaler sa présence potentielle au 418 643-5027 ou au phytolab@mapaq.gouv.qc.ca ou à www.invasivespeciescentre.ca ou encore à l’Agence canadienne d'inspection des aliments : www.inspection.gc.ca/phytoravageurs

 

Retour à la liste des nouvelles