Page 52 - Québec Vert Avril-Mai 2017
P. 52

Le commerce devient ainsi propriétaire de la borne Tesla, mais c’est Tesla qui assure le soutien technique en cas de pépin. Par contre, ces bornes n’ont pas de système de contrôle d’accès (avec une carte par exemple) et ne procurent pas de revenu comme c’est le cas des bornes publiques du Circuit électrique ou du réseau Flo. Bref, l’entreprise doit considérer cette installation comme une gratuité, un service complémentaire o ert à ses clients.
La gratuité est aussi un moyen d’éviter les critiques : « Les clients propriétaires de véhicules électriques, explique Sylvain Juteau, se demandent : pourquoi payer 1 $ l’heure [facturé à la minute] quand ça coûte 0,10 $ d’électricité au commerçant ? Par ailleurs, si quelqu’un arrive avec une Tesla et achète pour plus de 150 $ en plantes ou en arbustes, ce n’est rien pour le commerce de payer 0,10 $ d’électricité ! »
  Le programme Branché au travail
Pour les entreprises souhaitant installer des bornes pour leurs besoins ou ceux de leurs employés,
le gouvernement du Québec propose le pro- gramme Branché au travail [qcvert.com/2d5x8FH].
Celui-ci subventionne 50 % du prix d’achat et d’installation d’une borne jusqu’à concurrence de 5 000 $ par borne de recharge. L’entreprise a droit à un montant maximal de 25 000 $ par année  nan- cière si elle fait installer plus d’une borne qu'elle doit mettre à la disposition des employés sans frais pour une période minimale de trois ans.
Si l’entreprise fait appel aux services de Roulez Électrique ou de VERTransport pour installer une borne Tesla et une EVDuty, il faut, pour béné cier du programme, qu’elle fasse installer une troisième borne et que cette dernière soit réservée à ses employés.
Peut-être, un jour !
En raison des coûts engagés, les quelques commerçants en horticulture ornementale sondés sur la possibilité d’instal- ler une borne pour leurs clients étaient partagés. « Nous songerions à cette possibilité s’il y avait de la demande de la part de notre personnel avant toute chose ou si nous envisagions l’achat d’un véhicule électrique pour l’entre- prise, indique d’emblée Lise Gauthier de Gauthier Fleurs
et Jardins de Trois-Rivières. Ce domaine évolue sans cesse; j’ai espoir que dans un avenir rapproché, la question ne
se pose plus et que l’accessibilité pour tous aux véhicules électriques fasse en sorte que les bornes de recharge soient intégrées au décor de nos entreprises. » Mais pour l’instant, Lise Gauthier constate que les consommateurs qui fré- quentent son commerce ne demandent pas un tel service.
« Du côté de la boutique de  euristerie tout particulière- ment, les clients n’e ectuent qu’un bref passage. Leur arrêt dans le commerce n’étant pas prolongé, je ne vois pas, pour l’instant, l’intérêt d’investir dans des bornes leur permettant de recharger leur véhicule en quelques heures. Nous y arri- verons un jour, mais ce n’est pas dans nos plans immédiats », ajoute-t-elle.
Mathieu Poirier, copropriétaire de Jardin Dion, commente quant à lui : « Étant un commerce très saisonnier, nous voyons mal l’avantage d’investir dans de telles bornes pour une clientèle qui nous visite seulement au printemps. Nous aurions l’impression que les bornes seraient inutili- sées huit ou neuf mois par année. Par contre, nous avons déjà songé à nous munir de véhicules électriques pour
les besoins de l’entreprise et nous serions prêts à considérer la possibilité d’installer des bornes pour nos propres besoins, mais pas avant cinq à dix ans. En tout cas, les subventions du programme Branché au travail (voyez l’encadré ci-dessus) semblent intéressantes. »
Il faut préciser que les bornes publiques et dans les com- merces ne représentent que la pointe de l’iceberg en ce qui concerne la recharge de véhicules. Près de 90 % des besoins en recharge sont satisfaits par des bornes domestiques qui se trouvent directement chez les propriétaires de véhicules électriques. n
52 Québec Vert | Avril - Mai 2017
                         PHOTO : ISTOCK


















































































   50   51   52   53   54